Présentation

Notre festival Le documentaire engagé dans les Amériques constitue une première collaboration entre l’Institut des Amériques (IdA) et le cinéma le Studio à Aubervilliers. Il marque, à l’occasion du congrès inaugural de l’IdA dans ses nouveaux locaux du Campus Condorcet à Aubervilliers, une volonté de s’ouvrir au territoire sur lequel il est implanté et d’établir des relations fructueuses avec les acteurs culturels locaux.

Un groupe de doctorant.e.s, appartenant aux universités affiliées à l’IDA, ont contribué à la sélection des films, à l’organisation du festival et compose, avec des enseignantes chercheuses et des professionnels, un jury qui remettra un prix au documentaire élu.

Nous avons souhaité que la programmation du festival, qui couvre les différentes aires géographiques des Amériques, offre un panorama de films documentaires de création récents – huit long métrages et trois courts métrages –. Notre choix, en effet, pour cette première édition, a été de nous intéresser à un cinéma du réel engagé, mais non univoque, qui met en lumière les dysfonctionnements de nos sociétés, mais évoque, montre ou propose également des chemins de résilience dans un monde contemporain aux prises avec l’imminence de la catastrophe.

Parmi les huit longs métrages sélectionnés, certains ont été réalisés par des vétérans du film documentaires, tels Le grain et l’ivraie de Fernando Solanas, In Jackson Heights de Frederick Wiseman ou La cordillère des songes de Patricio Guzmán. Batallas íntimas de Lucía Gajá, La fin des terres de Loïc Darses ou O processo de Maria Ramos n’ont pas encore été distribués en France et la programmation constitue une occasion pour les spectateurs de pouvoir accéder à ces points de vue, à des voix d’auteur.e.s singulières et engagées. Ces documentaires alertent sur l’urgence écologique, prônent le multiculturalisme et le rôle de la société civile, évoquent le poids du passé dictatorial toujours présent, dénoncent les violences de genre, proposent une réflexion sur l’identité culturelle ou révèlent la précarité de la démocratie. Leur engagement passe par des choix narratifs et esthétiques forts qui mettent au jour les problématiques abordées à travers des œuvres de cinéma : le documentaire, c’est du cinéma !

Afin de compléter la sélection de longs métrages, nous avons également souhaité établir une programmation de trois courts-métrages, dont le choix a été entièrement effectué par les doctorant.e.s qui se chargeront également de leurs présentations et de l’animation des débats avec le public, en présence de certains membres des équipes de réalisation. Il s’agit de courts métrages dont la production a été soutenue par l’association Cinéma 93, autre partenaire du festival très actif en Seine-Saint-Denis. Ces courts métrages – Horse Day de Mohamed Bourouissa, Ici de Cayetano Espinosa et Sol negro de Laura Huertas Millán – portent également sur les Amériques, des États-Unis à la Colombie en passant par le Pérou.

Les doctorant.e.s animent un blog sur les films sélectionnés dans lequel ils et elles s’interrogent sur la notion de « documentaire engagé », une notion qui revêt une multiplicité de sens au début du XXIe siècle et s’éloigne souvent du militantisme du siècle précédent. Les doctorant.e.s écrivent sur les documentaires, proposent des interviews des réalisateurs et réalisatrices, des réflexions sur les différentes thématiques, à partir de regards et de prismes très divers en fonctions de leurs différentes formations : histoire, cinéma, anthropologie (etc.). Pendant la semaine du festival, des professionnels ou des spécialistes de cinéma et des aires concernés seront présents à chaque séance pour présenter et animer les débats en compagnie des doctorants et des organisatrices.

Enfin, une projection suivie d’un atelier de formation destinée aux enseignant.e.s du secondaire de Seine-Saint-Denis a été programmé le mercredi 9 octobre en présence de la réalisatrice Lucía Gajá. La projection sera également ouverte au public scolaire d’Aubervilliers.

Nous souhaitons que cette première édition du festival puisse réunir universitaires, doctorants, enseignants du secondaire et habitants de Seine-Saint-Denis dans une réflexion commune sur les enjeux de notre temps et qu’elle donnera naissance à une seconde édition.